Troisième roman de la trilogie 1984, Pomme S explore cette fois l’univers de Steve Jobs, le fondateur d’Apple.

pomme s

Après avoir gravité dans les orbites de Richard Brautigan et de Johnny Weissmuller alias Tarzan dans les deux autres romans, le troisième opus retrace le parcours de Jobs dans cette compagnie qui, en 1984, a lancé son Macintosh. Via une publicité choc présentée au Superbowl, la première fois de cette même année, Apple s’est positionné comme vendeur d’utopie. Le Macintosh lancé en 1984 était présenté comme un antidote à Big Brother, une façon novatrice d’être libre et sans attache à la masse bêlante. On comprend mieux la place que Mac veut occuper aujourd'hui. 

C’est sur cette lancée que Plamondon campe son histoire, racontée par Gabriel Rivages dont le fils nait et dont on suit les pas – de loin - pendant dix ans. Encore une fois, l’écriture est simple et percutante, alternant les épisodes de vie de Rivages (notamment ses sorties au Dogue sur la rue St-Denis à Montréal, ses trips de drogue, son fils à la garderie) avec celle de Jobs (son renvoi d’Apple, son charisme, ses discours) tout en ponctuant le tout d’inventions technologiques et mathématiques expliquant le développement du micro-ordinateur. Même formule que les deux autres romans : 113 chapitres très courts, liens étonnants entre des événements et sentiment de plonger dans un monde où tout est lié. Excellente lecture!

 

Coup de cœur de Manuel (surtout Mayonnaise, le deuxième roman), merci pour cette suggestion!