Roman qui fait sourire que cette histoire de Béatrice perdue et retrouvée par l’amour. En lice pour le Prix littéraire des collégiens cette année.

QR70_Chanson_250

Maitresse d’école dans la vingtaine, Béatrice tombe amoureuse de Christophe, ingénieur français venu s’établir à Montréal. Ils vivent une histoire d’amour pendant un été sur le Plateau Mont-Royal, assez pour lui pour être convaincu qu’elle est la mère de ses enfants - assez pour elle pour faire un échange avec une autre maitresse d’école à Paris pour un an. L’amour, oui, mais le voyage aussi, juste un peu.

Béatrice été, automne, hiver, printemps. Béatrice aux prises avec son existence normale, de fille normale, aux préoccupations normales. Heureusement, l’écriture de Sophie Létourneau pimente affectueusement ce parcours de vie simple et touchant. Elle s’attarde à l’enfance des personnages pour mettre en lumière leurs gestes, Béa, sa sœur Véro, son ami Jean-Philippe, Christophe, comme autant d’évènements qui ont ou non une incidence.

«°Véro vous avait toujours défendus, Jean-Phi et toi. Elle était ta grande sœur et son amie de cœur, votre mère disait. Tous les garçons étaient amoureux d’elle, mais Véro n’aimait personne d’autre que vous. Où que vous alliez, c’était en formation de trois. Dans l’autobus scolaire, vous vous serriez sur la banquette, ta sœur te tenant toujours la main. Tu étais si bien gardée qu’aucun garçon n’osait te parler de peur de ce que ta sœur ferait s’il te mordait les joues.°» (p.44)

 

Un bon p’tit roman d’été à lire avec une sangria!