Un homme portant un fusil en montagne lors de la chasse aux perdrix inspire un poète qui passait par là. Celui-ci écrit un poème et le publie dans une revue de chasse, et - hasard de la vie - le chasseur se reconnait, ciblé par les mots percutants. Il sent dès lors une connivence avec l’écrivain et confie son terrible secret en lui envoyant trois lettres de trois femmes. Ce secret est celui d’un amour adultère vécu pendant plus de dix ans avec une femme nommée Saïko. La première lettre est celle de la fille de Saïko, la deuxième de la femme du chasseur et la dernière, de Saïko elle-même.

Yasushi Inoué (1907-1991)L’amour adultère, on connait, le thème est si souvent abordé qu’on peut difficilement croire qu’une autre histoire puisse y jeter un regard neuf. C’est sans compter la plume ultra fine de Inoué, écrivain japonais plusieurs fois honoré et dont de nombreux romans ont été adaptés au cinéma. D’ailleurs, il a reçu le prix Akutagawa en 1950, la plus prestigieuse récompense littéraire du Japon, pour Le fusil de chasse.

Ce tout petit roman épistolaire se lit en un rien de temps et sculpte la relation ultra secrète d’un couple interdit dans une société rigide et sans pardon. C’est la passion en mode retenu. J'ai adoré.

Lettre de Saïko: «°Je me sentais alors esseulée. J'avais oublié ta présence à mon côté et j'étreignais mon âme solitaire. Nous venions d'établir un front uni pour défendre notre amour, mais, puisque nous allions être aussi heureux qu'il est possible de l'être, pourquoi donc succombais-je à cet accès de tristesse désespérée?°»

 

Merci Anny pour ce beau cadeau!